Messieurs, à vos moustaches !

Pour la 17e année, des hommes de partout dans le monde se feront pousser la moustache durant le mois de novembre pour sensibiliser l’opinion publique aux maladies masculines, et amasser des dons. Et pour cause : les hommes meurent en moyenne six ans plus tôt que les femmes, en partie puisqu’ils ne prennent pas suffisamment soin de leur santé physique et mentale. Apprenez-en davantage sur l’origine de ce mouvement bien établi dans plus d’une vingtaine de pays !

D’où vient le Movember ?

L’expression est formée du mot « mo » pour moustache et de « november » pour novembre. L’expression Movember est formée du mot « Mo » pour moustache en anglais, et bien évidemment du mot novembre, également dans la langue de Shakespeare.

Le mouvement de sensibilisation est né en 2003 à Melbourne en Australie par deux amis qui se sont lancé le défi de se faire pousser la moustache pendant tout le mois de novembre !

Avec le soutien de 30 amis fidèles, qui leur ont emboîté le pas, ils ont réalisé que le port de la moustache permettait de susciter des conversations et de sensibiliser l’entourage.

Ce constat a mené à la création de la Fondation Movember en 2004.

Depuis, les fonds amassés servent à sensibiliser les hommes à l’importance de prendre soin d’eux et à consulter au besoin, en plus de servir à financer divers programmes pour lutter contre le cancer de la prostate, le cancer testiculaire, les problèmes de santé mentale et le suicide.

La santé des hommes en chiffres

  • Un homme sur sept sera atteint d’un cancer de la prostate au cours de sa vie.
  • Le cancer testiculaire est le cancer le plus communément diagnostiqué chez les jeunes hommes au Canada.
  • Tous les ans, plus de 2 900 hommes s’enlèvent la vie au Canada.
  • Trois suicides sur quatre sont commis par des hommes au Canada.

Malgré des chiffres assez évocateurs sur la santé des hommes, une étude dévoilée en octobre 2019 par la Fondation Movember révèle que plus de la moitié des jeunes hommes sont encore réticents à parler de leurs problèmes et de leurs sentiments de peur de paraître faible ou « moins masculin ».

  • Plus de la moitié (59 %) des Canadiens estiment que la société s’attend à ce qu’ils soient « forts sur le plan émotionnel et qu’ils ne montrent pas de faiblesse ».
  • Plus du tiers (37 %) des hommes canadiens ne parleront pas aux autres de ce qu’ils ressentent pour éviter de paraître « indignes » ; pourtant, plus des trois quarts (80 %) pensent que parler est un moyen efficace de résoudre les problèmes.

Cette cause vous interpelle ?

Si vous avez envie de relever le défi du Movember, en solo ou entre amis, c’est simple !

Vous n’avez qu’à vous inscrire sur le site de la Fondation Movember Canada et suivre nos conseils beauté pour vous faire pousser une moustache en santé qui fera tourner toutes les têtes.